Liège

Percement et isolation d’un pignon | 2016  réceptionné

Ce travail de fenestration relève d’une petite folie…

A l’origine, la demande des maîtres d’ouvrage était simplement de pouvoir aménager une fenêtre dans le pignon de leur habitation afin pouvoir donner du jour à une nouvelle chambre aménagée sous le toit et d’offrir une vue latérale vers la Meuse, jusqu’alors inexistante dans leur habitation.Pour des raisons de mise en œuvre, un échafaudage était nécessaire et le bardage du pignon devait être revu. La commande s’est étoffée alors d’une isolation du pignon et d’une réfection de l’ardoisage. La question d’une nouvelle fenêtre dans un mur porteur à quelques centimètres de la poutre faîtière restait cependant entière…

Proposition a alors été faite de travailler avec un linteau circulaire en béton afin de faciliter la reprise des charges (notamment lors de l’ouverture des maçonneries) mais aussi de créer une assise convexe au point bas du cercle dans la profondeur du mur, tout en maximisant la vue au point haut en se rapprochant du faîte de toiture. Afin de rompre avec la dureté habituelle du gris (destiné à rester visible à l’intérieur de l’habitation), celui-ci a été réalisé en béton rouge. Pour des raisons de continuité de la rupture thermique, l’élément structurel ne pouvait s’exprimer à l’extérieur de l’habitation où il a fait l’objet d’un resserrage d’ardoise par l’entremise d’une lunette en acier inoxydable.

Ce percement est l’une des dernières touches d’une longue série de transformations de l’habitation, dont les premières phases sont décrites ici.

error: